Ing.

Ing. Journal

Retour

Première greffe réussie d’un cœur de porc chez un patient humain

Des chirurgiens de la faculté de médecine de l’Université du Maryland et du centre médical de l’Université du Maryland ont annoncé ce lundi avoir effectué vendredi la première greffe réussie d’un cœur de porc génétiquement modifié chez un humain.

Source : SCIENCEPOST.FR

5G

« C’était soit mourir, soit faire cette greffe »

Souffrant d’une maladie cardiaque en phase terminale, David Bennett, 57 ans, avait été jugé inéligible pour une transplantation cardiaque conventionnelle. En dernier recours, l’équipe du centre médical de l’Université du Maryland, où il était admis, a voulu tenter une transplantation cardiaque porcine.

Ce type de procédure n’est normalement pas approuvée par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis, mais l’agence fédérale a finalement autorisé la chirurgie le 31 décembre en vertu de sa disposition « d’accès élargi », généralement utilisée lorsque d’autres traitements ou options thérapeutiques ne sont pas disponibles.

Le patient, alité depuis plusieurs mois en raison de multiples procédures, a accepté les risques liés à la chirurgie, encore expérimentale. « C’était soit mourir, soit faire cette greffe. Je veux vivre« , a-t-il ainsi déclaré dans un communiqué avant l’opération. « Je sais que c’est un coup dans le noir, mais c’est mon dernier choix« .

Les cœurs de porc ont été longtemps considérés dans le but de remplacer les cœurs humains en raison de leurs similitudes. Certaines personnes ont d’ailleurs déjà reçu des valves cardiaques porcines en remplacement. Greffer un cœur entier n’avait en revanche jamais été tenté. Les responsables du système médical de l’Université du Maryland étaient cependant convaincus que la procédure pourrait faire gagner plus de temps au patient.

Un pas en avant « historique et monumental »

Pour cette grande première, le Dr Bartley P. Griffith, de la faculté de médecine du Maryland, a fait équipe avec le Dr Muhammad M. Mohuiddin, créateur du Cardiac Xenotransplantation Program. Ensemble, ils ont étudié la technique au cours des cinq dernières années. Pour la procédure, ils ont utilisé un cœur génétiquement modifié proposé par l’entreprise de médecine régénérative Revivicorn basée à Blacksburg, en Virginie, ainsi qu’une combinaison de médicaments destinés à empêcher le système immunitaire de rejeter le nouvel organe.

Le porc avait évolué avec une dizaine de modifications génétiques. Quatre gènes ont été désactivés, dont un qui code pour une molécule provoquant une réponse agressive de rejet chez l’Homme. Un gène de croissance a également été inactivé pour empêcher le cœur du porc de continuer à croître après son implantation. De plus, six gènes humains ont été insérés dans le génome du porc donneur de manière à rendre l’organe porcin plus tolérable pour le système immunitaire du transplanté.

Pour le Dr Bert W. O’Malley, président-directeur général du centre médical de l’Université du Maryland, cette chirurgie est un « pas en avant historique et monumental« . La procédure pourrait notamment aider les prestataires de soins de santé à résoudre la crise de pénurie d’organes qui laisse des milliers de personnes sans options de traitement chaque année.

« Il n’y a tout simplement pas assez de cœurs humains disponibles pour répondre à la longue liste de receveurs potentiels« , souligne en effet le Dr Bartley P. Griffith. « Nous procédons avec prudence, mais nous sommes également optimistes quant au fait que cette première intervention chirurgicale au monde offrira une nouvelle option importante pour les patients à l’avenir« .

Alka Chandna, vice-présidente des enquêtes de laboratoire de l’organisation de défense des droits des animaux People for the Ethical Treatment of Animals, s’est quant à elle élevée contre la procédure (une xénotranspoantation), jugeant la pratique dangereuse et contraire à l’éthique. « Le risque de transmettre des virus inconnus avec l’organe animal est réel et, en temps de pandémie, devrait être suffisant pour mettre fin à ces études pour toujours« , a déclaré Mme Chandna dans un communiqué. « Les animaux ne sont pas des hangars à outils à piller, mais des êtres complexes et intelligents. Il serait mieux pour eux et plus sain pour les humains de les laisser seuls et de rechercher des remèdes en utilisant la science moderne« .

Ing. Déco

deco

Bienvenue !

Ing. Bibliothèque

back_arrow forward_arrow

Nous rejoindre sur les réseaux sociaux

Ing. Series

Ing series

Série
des Entreprises Ing.

forward_arrow